2019_01_11 Gilets Jaunes - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Gilets Jaunes : des propos à nuancer

A l’occasion de la cérémonie des vœux qui s’est tenue hier soir (publication à venir), la crise des Gilets Jaunes n’a pas manqué d’être abordée par quasiment tous les intervenants. Qu’il  me soit permis ici de relever certains propos et, sans aucune légitimité autre que celle d’être un citoyen français, les nuancer.
Michel Mourot et les casseurs
Le maire du Thillot confiait en premier lieu : « Si certaines revendications sont en partie compréhensibles, comment accepter la violence et le saccage des commerces et autres emblèmes de la République et maintenant des tags sur les murs du Thillot. Que dire du saccage de l’Arc de Triomphe et de la Tombe du Soldat Inconnu. Même pendant les années noires de 1940, les Allemands n’ont pas osé toucher à ce symbole ».
Ces dégradations, que l’on ne peut que condamner avec la plus grande fermeté, ont permis de faire passer devant un tribunal 13 membres de « l’ultra droite » pour ce qui concerne les monuments parisiens.
Le mouvement des Gilets Jaunes n’est pas issu d’un parti politique ou d’un syndicat au sein desquels les idéaux sont relativement identiques. Le seul dénominateur commun des gilets jaunes réside dans leur ras le bol de se faire laminer par un gouvernement en totale rupture avec leur quotidien. C’est dire qu’il intègre des gens aux idéaux très divers, puisant pour certains dans un extrémisme au sein duquel des casseurs se retrouvent pleinement. Ces casseurs ne sont absolument pas représentatifs du mouvement des Gilets Jaunes, dont les « têtes d’affiche » sont d’humeur nettement plus pacifiste. Il convient dans de ne pas faire d’amalgame, ne pas tous les mettre « dans le même sac ».
« Que dire de cette cagnotte en ligne pour aider financièrement un gilet jaune boxeur frappant un policier sans en être empêché par d’autres gilets jaunes ? » s’interrogeait ensuite le maire du Thillot.
Dans un contexte « normal », ce fait a en effet de quoi surprendre, voire plus ! Il se trouve que ce contexte n’est pas « normal ». Dans les instants qui ont précédé ce pugilat, ce boxeur est venu au secours d’une femme sur laquelle pleuvaient les coups des matraques des forces de l’ordre. Cette femme témoigne de cet épisode dans une vidéo que chacun peut visionner sur le web. Regardez et dites-moi s’il n’y a pas de quoi se mettre en colère !

Dominique Peduzzi et le RIC
C’était ensuite à Dominique Peduzzi, qui tout en restant sur ce sujet, l’abordait sous un autre angle : celui de l’une des principales revendications des Gilets Jaunes : le RIC. « Il y a en France un demi-million de personnes, dont 80% sont des bénévoles, qui sont au service de la population. Ce sont les élus, qui constituent une base solide de démocratie et d’écoute de proximité ».
Alors pourquoi les Gilets Jaunes demandent-ils ce Référendum d’Initiative Citoyenne ? Probablement parce qu’ils considèrent les élus comme non représentatifs, malgré une légitimité acquise par voie de suffrages. Lors de la rencontre élus-Gilets Jaunes en mairie Thillot, il a été question de préciser que l’élection d’une personne ne saurait constituer un « chèque en blanc » pour la durée d’un mandat. Peut-on s’offusquer ce cette revendication qui  pourrait permettre une plus grande implication citoyenne, sachant que l’abstention, qui constitue un excellent baromètre de la vie démocratique, est de plus en plus conséquente aux élections…

Christophe Naegelen et les forces de l’ordre
Enfin, c’était à Christophe Naegelen de revenir une dernière fois sur ce mouvement social, dénonçant « Les actions scandaleuses commises à l’Arc de triomphe et sur la Tombe du Soldat Inconnu » dans le sillage des propos préalablement par Michel Mourot, avant d’enchainer sur ce qu’il considère comme « Des revendications entendables, comme la revalorisation des retraites et des bas salaires ». Et de poursuivre avec un hommage appuyé aux forces de l’ordre.
Les témoignages vidéo pullulent sur le web de scènes montrant des forces de l’ordre user et abuser de la force violente, comme cette scène surréaliste d’un officier de police, auquel on vient de décerner la Légion d’Honneur, frappant des manifestants absolument non menaçants sans aucune retenue le 5 décembre à Toulon… De nombreuses autres scènes révoltantes témoignent de ces abus des forces de l’ordre. Alors oui pour un hommage aux forces de l’ordre. Par contre non catégorique pour un hommage aux forces de répression !
« Mais il ne faut pas se tromper de combat » poursuivait le député «  L’économie du pays souffre et a enregistré une perte de 2 millions d’Euros de chiffre d’affaires et 56 000 personnes sont en chômage partiel ».
Il est évident que toute entrave au bon fonctionnement de l’économie constitue un problème grave. Je me permets juste de poser la question : doit-on rester assis les bras croisés et continuer à supporter ce laminage que le gouvernement impose à la population. Sinon, quelle(s) action(s) alternative(s) est-il possible de mener pour faire cesser aussi rapidement que possible cette situation devenant de plus en plus intenable ?
Retourner au contenu