2019_02_09 CM Le Thillot - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
    
LE THILLOT

Conseil municipal : un avant-goût du budget 2019

Obligatoire pour les communes de plus de 3500 habitants, le débat d’orientations budgétaires a donné lieu à un exercice de haute volée d’Isabelle Canonaco.
Le budget 2019 se dessine avec des contours de plus en plus nets. Conformément à la loi, l’adjointe aux finances a présenté de nombreux chiffres largement illustrés par un diaporama (qui s’est un peu fait attendre suite à un problème technique et la mise en œuvre d’un « plan B » mené dans la bonne humeur et dans l’efficacité) et commentés par Michel Mourot.
Il ressort de cette présentation que les programmes de travaux en cours seront bien évidemment terminés : l’aménagement de la place du 8 Mai, qui verra prochainement l’installation d’un panneau dans la zone piétonne illustrant les modifications à venir en avril, le parking de la rue Charles de Gaulle avec décalage des feux tricolores, permettant de sortir du parking en sécurité, l’extension du musée des Hautes Mynes et ce morceau de bravoure qu’est le PLU (Plan Local d’Urbanisme) dont le premier magistrat confiait qu’il s’étalerait sur deux ans et demi.
Il a également été question des investissements à venir pour cette année. Création d’une ouverture large d’accès à l’école maternelle, passage au gaz pour le chauffage de la Maison des Associations, travaux de trottoirs, démolition du bâtiment du 15 rue Charles de Gaulle (ancienne librairie Duchanois), aménagement de salles d’activités à l’étage de la maison Nicolas Antoine (ancienne crèche). A plus long terme, Michel Mourot évoquait également un programme pluriannuel de rénovation du réseau d’éclairage public pour le passage des quelques 1070 points lumineux en LED, plus économiques, le changement des armoires vétustes et des câblages obsolètes. Des travaux estimés à 1.1 à 1.2 million d’Euros dont l’étude devrait être lancée.
Pour financer ces travaux, Isabelle Canonaco détaillait les 195 753 Euros disponibles suite à la clôture du programme du lotissement, 170 000 Euros du fonds de TVA, les 65 000 Euros (peut-être un peu moins…) du bâtiment des radars du col des Croix, le résultat qui devrait avoisiner les 600 000 Euros et bien évidemment les subventions qui seront allouées à ces travaux.
Christian Peduzzi s’enquérait du devenir des anciens abattoirs, ex ateliers municipaux. « Tout comme l’Agence de l’Eau, Vosgelis s’est fait, elle aussi, pomper par l’Etat. Le projet de démolition avec création à la suite d’une résidence pour personnes âgées est donc en stand-by ».
Pas d’augmentation des impôts locaux
Préalablement, l’adjointe aux finances s’était donc livrée à un exercice de haute voltige parfaitement exécuté en présentant de nombreux éléments permettant d’alimenter ce débat d’orientations budgétaires. Isabelle Canonaco présentait en premier lieu un contexte national compliqué, puisque la dette de la France atteint actuellement 2 300 milliards d’Euros, soit quasiment 100% du PIB, représentant la somme énorme de 37 417 Euros par habitants. « Et même si la France reste le 5ème pays le plus riche du monde, on peut s’interroger sur les directives envoyées par la préfecture portant notamment sur l’obligation de serrer les boulons et présenter un budget à l’équilibre, alors que celui de l’Etat plonge depuis 42 ans ! » lâchait le maire qui enchainait avec ce « Brouillard » qu’est cette réforme de la taxe d’habitation.
Après un zeste de démographie, de chômage et de tourisme, l’adjointe attaquait l’état des finances communales : charges à caractère général et masse salariale stables – suite au prochain départ à la retraite de Francis Adam, officiellement le 1
er mars, mais qui partira plus tard pour passer le relais en douceur à Lydie Louis, deux embauches sont prévues au standard téléphonique et à l’accueil -, maintien des subventions aux associations, réductions des charges financières (intérêts sur emprunts), et ces dossiers chers au premier magistrat pour passer la médiathèque, les Mynes et l’EMT à l’échelon intercommunal. Côté recettes, Isabelle Canonaco passait en revue les principaux indicateurs, notamment des dotations d’Etat qui se stabilisent après avoir enregistré une baisse de 26.9 % entre 2013 et 2018 et des impôts locaux qui n’augmenteront pas en 2019, Quant à l’état de la dette, elle a été réduite de 598 000 Euros, tout en poursuivant un programme intense d’investissements à hauteur de 4 748 000 Euros.
Une présentation ponctuée par une salve d’applaudissements de l’ensemble des édiles saluant le gros travail de l’adjointe aux finances, et une partie à sa fille, initiatrice des superbes transitions entre diapos.
Retourner au contenu