2019_03_02 Emilien Perry - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
    
ST MAURICE/MLE – RAMONCHAMP

Apprentissage : Emilien sur une voie royale

Le jeune Fremis vient de remporter la concours régional des meilleurs apprentis de France, section boucherie. Il représentera la Grand Est les 7 et 8 avril prochains à Rouen pour la finale nationale.
« Quand j’ai téléphoné le soir à mes parents, maman a pleuré d’émotion, mais mes parents étaient très fiers de moi » raconte Emilien qui, rentré au domicile familial de St Maurice sur Moselle ce dernier 25 février, a eu à cœur de passer un coup de fil à ses parents, alors en vacances dans le Sud de la France « Moi aussi, j’étais très fier ! ». Une immense joie qui a laissé place au stress engendré par une épreuve de quatre heures, sous l’œil expert et très attentif des jurés de professionnels. « A un moment, ils étaient quasiment tous autour de moi » se souvient Emilien avec une moue qui en dit long sur la pression ressentie sur le moment.
Après avoir brillé au niveau départemental, l’élève du Pôle des Métiers d’Epinal a donc une nouvelle fois la preuve de son talent à l’occasion de la finale régionale qui s’est déroulée à Eschau (67). Quatre heures à désosser une épaule de bœuf, à séparer les morceaux, à éplucher et à mettre en forme un rosbif avant de le barder, le ficeler et le mettre en valeur avec des légumes et fruits sculptés, et une opération identique avec un collet de veau avec, au bout, la récompense : « Ca va faire bien sur mon CV » confie le jeune apprenti qui ne compte pas s’arrêter en chemin. Il y aura bien évidemment la finale nationale à Rouen les 7 et 8 avril qui le verra passer par la plus illustre école de France à Paris pour se préparer à ces deux journées nationales et, au-delà, après avoir conquis son CAP, s’engager pour deux années supplémentaires pour suivre une formation BP. « Je veux également continuer un an après pour un CAP de charcutier » confie-t-il.
Des formations qui devraient le voir revenir régulièrement à la boucherie de Jean-Louis Maigrat de Ramonchamp où il été accueilli pour son apprentissage. « Il était déjà venu dans le cadre des journées découvertes lorsqu’il était au collège » explique Camille, la fille du « boss » « Ca s’était très passé. C’est avec plaisir que nous avons accepté sa demande d’entrer dans l’entreprise durant sa formation, tout comme celle de son cousin Nicolas Jeudy ».
Il est également probable qu’il réintègre la boucherie ramoncenaise durant son brevet professionnel. Sur place, Jean-Louis Maigrat est sous le charme de son jeune apprenti : « C’est un bon jeune qui aime le métier. Il est motivé et il faut cela pour persévérer, car ce n’est pas un métier facile ! ». Au sein de la boucherie ramoncenaise, il a été placé sous l’aile protectrice de Maxime, son maître de stage qui est dithyrambique dans ses commentaires : « Il est talentueux, bien à l’écoute et retient bien » avant d’ajouter en se marrant « Il a son petit caractère ! ». Un trait de personnalité qui ne nuit en rien à la bonne intégration d’Emilien dans l’entreprise où il est pleinement accepté par les dix salariés.
La voie s’annonce donc superbe pour l’avenir professionnel d’Emilien, même s’il avoue avoir hésité à la sortie du collège entre la boucherie et le bois. « Nous lui avons conseillé de se diriger vers la boucherie et de conserver le bois en tant qu’activité de loisir, pour le plaisir » raconte Stéphanie, sa maman. « Dès que j’ai terminé ma journée, je vais en forêt » confie Emilien avec le sourire calme de celui qui entretient parfaitement cet équilibre dont il semble avoir besoin pour se sentir bien, tout simplement.
Retourner au contenu