2019_03_27 GJ Metz - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Mars
LE THILLOT

Gilets Jaunes : « la Metz » est dite…
Samedi dernier, les Gilets Jaunes du Thillot avaient envoyé une délégation qui a rejoint le rassemblement régional de Metz. Une marée jaune qui a été le point de convergence de quelques 3000 « manufestants », contrairement aux 1000 annoncés par le ministère de l’intérieur qui s’inscrit encore et toujours dans la désinformation, la manipulation des chiffres. Karine y était et a une nouvelle dégusté les gaz « Nous avons été gazés deux fois » confie-t-elle « Le soir, j’avais une nouvelle fois les poumons en feu ». Une nouvelle manif qui a cependant été relativement calme et qui a connu son lot d’épisodes rigolards avec, en premier lieu ces « cacatov » balancés contre les CRS. « Cacatov », ces cocktails Molotov, mais chargés de… oui, c’est bien ça ! Et certains CRS ont été bien crépis ! « Je ne sais pas comment ils font pour supporter ça : ça fouettait un max ! » raconte Karine en se marrant. Elle sourit encore en évoquant une autre scène : « Nous étions nombreux devant l’hôtel de ville. Sam a voulu se prendre le temps de rouler une cigarette. Il s’est mis assis par terre et venait de commencer quand les CRS ont lâché les gaz lacrymogènes. Tout le monde s’est enfui et Sam a continué sans faire attention. Au moment où il a terminé, il était le seul gilet jaune qui restait sur la place ! ». Des épisodes qu’elle n’a pas manqué de détailler à son retour dans la commune auprès de ses camarades locaux qui, après avoir bien ri ont commencé à parler des projets pour ce prochain samedi. Ils envisagent de se rendre à un nouveau rassemblement à Epinal. « Pas une partie de plaisir » confie Manu « C’est là que c’est le plus dur ! Mais on n’y va pas pour le plaisir, mais pour porter nos revendications qui concernent l’ensemble du peuple ». Une mobilisation qui reste imperturbable, malgré les décisions liberticides prises par le gouvernement, qui sont même amplifiées par certains épisodes, comme celui qui a concerné cette dame de 73 ans, bousculée à Nice par une charge de CRS et sérieusement blessée à la tête et hospitalisée. Pire encore, les « Street Medic », le plus souvent des pompiers ou des personnels hospitaliers formés aux premiers secours, ont été empêchés de donner les premiers soins. Le comble : ils ont été embarqués et subit une garde à vue de 9 heures suite aux ordres d’un commissaire qui, de toutes évidences, a perdu la tête, témoin ces excuses présentées aux « Street Medic » par des CRS désabusés leur passant les menottes… Et pour conclure en beauté, cette dame hospitalisée a reçu à plusieurs reprises la visite de policiers pour lui demander de modifier son témoignage afin de dégager les CRS de toute responsabilité ! Où sont passées les valeurs essentielles de la République ?
Photos KKtov :)
Retourner au contenu | Retourner au menu