2019_04_21 CM Fresse - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
FRESSE SUR MOSELLE

Ventes de bois : le Conseil municipal rejette la décision imposée par l’Etat.

Réuni en mairie le 18 avril, le conseil municipal a été court, mais a permis de prendre un certain nombre de décisions. Détails
Avant de débuter la séance, Dominique Peduzzi a renouvelé ses condoléances à Rosa Da Cunha, employée communale, dont le papa, domicilié au Portugal, est décédé.
Il a également informé le conseil des délégations, concernant notamment une demande de subvention au Département à propos des travaux d’assainissement, les subventions de  10 575 Euros (Région) et 3 160 Euros (CAF) pour l’aire de jeux « Qui ouvrira dès que l’herbe aura poussé ! » commentait-il, le solde de la subvention d’Etat de 34 671 Euros pour la ZI Favée 2, et diverses participations et redevances.
24 rue du Général de Gaulle : l’ancien cabinet médical a fait l’objet de plusieurs délibérations, permettant de renouveler la convention avec Vosgelis pour une location dont le loyer mensuel est de 200 Euros, auquel s’ajoutent des charges à hauteur de 29.17 Euros. Ce local reste ouvert aux candidats adeptes locaux du télétravail qui souhaiteraient effectuer une rupture entre lieu de travail et domicile. Il servira également de lieu de stockage temporaire (en complément du bâtiment 5 de l’école) durant les travaux qui affecteront la mairie pour la création de l’agence postale. Laurence Botton prenait les commandes pour faire adopter une prolongation de la location à l’Association d’Aide à l’Hébergement Touristique du Département, organisme qui a pour but de contribuer à créer de nouveaux moyens d'hébergement touristiques ou de restauration et d'améliorer ceux existants par l'accompagnement des porteurs de projets au niveau départemental. Coût annuel de la location : 1575 Euros. Il a également été question de renouveler la location au taux de 60 Euros de l’heure (avec un minimum de 400 Euros par an) à la Comcom pour la visite médicale du personnel.
Subvention : la classe ULIS de Cornimont a déposé une demande de subvention pour une sortie sur le thème « Les abeilles ». Un enfant de la commune est concerné. Les édiles ont voté un montant de 85 Euros, identique à celui qui a été préalablement accordé à la classe du Thillot.
SI Eaux de Presles : Claude Babel a présenté et fait adopter une modification des statuts du syndicat qu’il préside, permettant de répartir les rôles concernant les poteaux d’incendie.
Sécurité du personnel communal : document unique d’évaluation des risques professionnel et programme annuel de prévention ont tenu le haut du pavé durant un bon moment. Il s’agit d’une disposition réglementaire permettant de limiter autant que possible les risques, et donc les accidents, pour le personnel communal. Une démarche qui se doit de vivre en prenant en compte non seulement les incidents et accidents, mais aussi les modifications apportées à un endroit pour en améliorer la sécurité. Un inspecteur du Centre de Gestion viendra régulièrement vérifier la vie de ces procédures.
Accompagnement des temps de vie : sous ce vocable, les édiles ont adopté, ou plutôt dépoussiéré, une liste d’initiatives liées à la population (mise à disposition gratuite de salles lors de décès ou noces d’or et de diamant), de fleurs (mariage, décès, maisons fleuries), enfance (Bacheliers avec mention, transports des collégiens, livres aux CM2) , enseignant (départ), personnel communal (médaille du travail, cadeau naissance, retraite…) ainsi que les bons naissance ou adoption. Un point sur lequel s’amusait Vincent Antoine « S’agit-il d’une incitation à de nouvelles naissances ? ».
Contrat « Enfance et Jeunesse » avec la CAF : sur proposition de Lucrèce Kuntze, le conseil a donné son feu vert à la reconduction du contrat avec la CAF avec, à la clé, une somme non négligeable de 30 000 à 35 000 Euros pour les actions menées en direction des jeunes.
Ventes de bois : hors de la présence d’Yvan Mougel, les édiles ont rejeté le changement des règles d’encaissement des recettes de ventes de bois imposé par l’Etat qui veut que ces recettes ne soient plus encaissées par les trésoreries mais par l’ONF. « Une idée un peu bizarre… » commentait le premier magistrat « Les finances de l’ONF sont quelque peu précaires … Nous n’avons bien sûr rien contre les forestiers qui sont sous pression. Ils sont passés de 400 à 1000 voire 1500 ha à gérer ». L’ensemble des élus s’est pour le maintien de l’encaissement des ventes de bois.
Retourner au contenu