2019_06_06 Ferme de Noiregoutte - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu

Menu principal :

Articles > 2019 > Juin
FRESSE SUR MOSELLE

Noiregoutte : une ferme authentique

A mille lieues des folies de la production à outrance, la ferme d’Yvan et Céline cultivent le respect les plantes, des animaux et des clients. Une opération de financement participatif est en cours pour produire de l’électricité en autonomie.
Sur les hauteurs de Fresse sur Moselle, Ivan et Céline Martynciow exploitent une ferme qu’ils ont acquise en 2015. « Nous étions préalablement en Côte d’Or et nous souhaitions nous rapprocher de nos familles » explique Céline. En Bourgogne, le couple consacrait initialement son activité au maraichage. « Bio ! » s’empresse d’ajouter Céline « C’est d’ailleurs pour satisfaire au cahier des charges bio que nous en sommes venu à acheter une vache et produire notre propre fumier ». Et qui dit vache, dit lait. « Au début, le lait était destiné à notre consommation personnelle » raconte l’agricultrice « Mais nous nous sommes bien vite rendus compte que nous ne pouvions pas tout consommer. J’ai donc commencé à faire mes premiers fromages ».  Une seconde vache est arrivée, puis une troisième, puis d’autres, ainsi que des chèvres, des poules et des lapins. « Au moment du déménagement de la Bourgogne vers les Vosges, nous avions 8 vaches, 12 chèvres, 40 lapins et une centaine de poules » se marre Céline.
L’exploitation s’est ainsi résolument orientée vers la production fromagère, tout en conservant un espace maraîchage. Le lait de la cinquantaine de chèvres de la ferme est ainsi décliné en diverses finitions, du frais à la tome en passant par des variétés parfumées aux plantes. Toujours sous label « Bio », une constante pour Yvan et Céline, pour laquelle il n’est pas question de faire la moindre concession.
C’est d’ailleurs dans le cadre de « La Fête du Lait Bio », jumelée avec une visite « Eco Tourisme » organisée par la commune de Bussang dans le cadre de son label « Station Verte » qu’un groupe de quelques 35 marcheurs a rallié la ferme depuis Larcenaire. Accompagné par Yvan, Samuel et Emma et quelques chèvres, les randonneurs ont pu savourer ses commentaires tout aussi nombreux que pertinents avant d’arriver à la ferme où l’éleveur a, là encore, été très riche en explications. De la construction du nouveau bâtiment à l’usage exclusif des vaches et de stockage de foin à la traite manuelle et quotidienne des chèvres en passant par de nombreux aspects du quotidien à la ferme, notamment au niveau de la relation avec les animaux, Yvan a comblé son auditoire, n’hésitant pas à détailler les arcanes de leur état d’esprit : être et rester dans l’authenticité. Il restait à Céline à mettre en œuvre une dégustation de quelques-uns de ses fromages à ses hôtes du jour pour clore cette visite.
Un financement participatif
« Lorsque nous nous sommes arrivés dans cette ferme, nous savions qu’elle n’était pas desservie en électricité » raconte volontiers Yvan « Nous avons donc investi dans un groupe électrogène. Mais celui-ci est tombé régulièrement en panne et nous avons décidé de laisser tomber ». La ferme est donc dépourvue d’alimentation électrique depuis un bon moment. « Pour satisfaire aux normes imposées par la Direction des Services Vétérinaires, nous stockons nos fromages dans un réfrigérateur mis aimablement à notre disposition pour un voisin » explique Yvan qui enchaine « Nous avons pris contact avec Enedis pour acheminer l’électricité à la ferme. Le coût annoncé est de 60 000 Euros en aérien ou le double en souterrain. Nous avons dû rejeter cette proposition pour nous orienter vers un système évolutif à base de panneaux photovoltaïques relié à des batteries au gel pour stocker l’énergie produite et un petit groupe électrogène de secours pour faire face aux manques de production par temps nuageux ». Pour financer ce projet, Yvan et Céline ont lancé une opération de financement participatif « Nous avons besoin de 15 000 Euros. L’objectif est bien évidemment de pouvoir nous passer de la lumière des bougies » détaille Yvan avec le sourire « Toutefois, toujours pas question de lave-linge et autres appareils gros consommateurs d’énergie. La possibilité, en plus de l’éclairage, d’avoir une source de froid à la ferme nous permettrait d’affiner les fromages pour la garde et ainsi élargir notre gamme de produits ». Le projet a d’ores et déjà permis de rassembler plus de 10 000 Euros. Encore un petit effort !
Pour celles et ceux qui souhaitent contribuer : https://www.miimosa.com/fr/projects/de-l-electricite-pour-la-ferme-de-la-noiregoutte
Retourner au contenu | Retourner au menu