2019_06_12 Gilets Jaunes - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Les Gilets Jaunes en deuil, mais le combat continue…
Il était des leurs depuis quasiment le début. Alain s’est éteint il y a quelques jours à peine, après avoir battu le pavé avec ses camarades à de nombreuses reprises. Un pote de combat tout en sensibilité et en détermination… C’est dire le désarroi de ses potes attristés qui ont appris la nouvelle avec une immense tristesse et n’ont pas manqué d’avoir une pensée émue en direction de la famille et des proches d’Alain.
Cet épisode tragique ne remet cependant nullement en question la mobilisation des Gilets Jaunes locaux. Alain n’aurait pas apprécié.
Depuis quelques temps, même s’ils ont levé le pied après plus de mois de présence quasi quotidienne, les manifestants locaux restent mobilisés et sont présents à leur quartier général habituel  les mardis et samedis matin. En fin de semaine, cette présence peut ne pas être réelle dans le centre-ville si la distance pour rejoindre une manifestation d’envergure les oblige à lever le camp plus tôt.
Une mobilisation qui reste plus que jamais d’actualité devant les faits qui contredisent les promesses d’un président qui, plus que jamais, s’appuie sur l’intimidation, la répression et la désinformation pour décourager le mouvement.
L’exemple le plus significatif de ces mesures totalement injustes pour le « petit peuple » réside dans cette augmentation de 5.9% du prix de l’électricité. Une augmentation imposée par l’Etat afin de permettre aux fournisseurs privés de conquérir de nouveaux marchés.
Plus que jamais, les Gilets Jaunes veulent continuer à se battre contre ce gouvernement et ce président qui n’a pas pris aucune décision significative suite au « Grand Débat National ».
Les Gilets Jaunes en appellent plus que jamais à un sursaut populaire. « Y’en a marre de morfler ! » lâche Jean-Claude, toujours en colère face à ce pouvoir qui ne sait pas écouter et cette inertie des victimes qui ne savent guère aller au-delà d’un coup de klaxon lorsqu’ils passent devant le groupe de manifestants tout en arborant un gilet jaune sur le tableau de bord de leurs voitures. « Ils faut qu’ils viennent nous rejoindre ! » clame Karine avec conviction en guise de mot d’ordre de conclusion.
Retourner au contenu