2019_09_22 Pressing Clair et Net - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Le pressing « Clair et Net » à la recherche d’un repreneur
Après quasiment trente années passées dans la boutique qu’elle a ouverte en octobre 1990, à l’emplacement des anciens locaux précédemment utilisés par l’entreprise d’électricité Kurtzmann, Jacqueline Gehin a décidé de passer le flambeau. «  Mais pas question de quitter les lieux avant d’avoir trouvé une personne qui prenne le relais » affirme-t-elle sans ambiguïté « S’il faut rester au-delà du mois d’octobre 2020, date que j’ai retenue pour mon départ, pour pérenniser mon commerce, je le ferai sans problème ».
Sur les quelques soixante-dix mètres carrés qu’elle loue en plein centre-ville, le pressing dispose de machines qui feront bien évidemment partie du « package » permettant à la personne qui lui succédera de débuter dans d’excellentes conditions : deux machines à laver, un séchoir, deux machines à repasser, une calandreuse pour le repassage des draps et une pléthore de rangements divers. Le tout bien évidemment adapté à l’aqua nettoyage qui a succédé au nettoyage à sec depuis l’interdiction de certains produits il y a cinq ans. « Du coup, il n’y a aucun stock à constituer, et donc pas de trésorerie à immobiliser. C’est un énorme avantage ! » commente-t-elle « L’eau et l’électricité concernent les principaux postes comptables de dépenses ».
Au fil du temps, le pressing thillotin a su constituer et fidéliser une belle clientèle allant bien évidemment de la vallée de la Haute Moselle en passant par les communes voisines de Haute Saône et de la vallée de la Moselotte.  
L’UCAT en mode vielle…
« Largement de quoi vivre de ce commerce ! » confie-t-elle « Il faut cependant bien se rendre compte qu’il ne s’agit de penser qu’y travailler trente-cinq par semaine est satisfaisant. Mais dans un contexte où il s’agit de travailler pour soi, cette contrainte est parfaitement acceptable ».
Dans ses démarches pour trouver une personne qui prenne la suite, Jacqueline Gehin peut compter sur le soutien sans faille de l’UCAT et son président. « Nous avons besoin dans la commune de commerces de proximité comme ce pressing » confie Christophe Bertrand « Ils concourent à l’attractivité de la commune pour l’ensemble de la vallée et au-delà, non seulement pour la clientèle, mais également pour les repreneurs potentiels de commerces à vendre ».  Le président de l’UCAT souhaite ainsi mettre en place une veille afin de suivre l’évolution des commerces et pouvoir, le cas échéant, donner un utile coup de pouce à une succession, pour laquelle il plaide avec insistance pour que cela puisse de faire en douceur, en mettant en œuvre une période de rodage en commun avec le commerçant vendeur. « Nous savons à l’UCAT qu’à ce jour les commerces de la vallée bien tenus, au goût du jour, et avec des personnes motivés tirent encore leur épingle du jeu et sont rentables » conclut Christophe Bertrand.
Retourner au contenu