2019_10_08 trail des Hautes Mynes - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Le Trail des Hautes Mynes s’internationalise
Ce sont environ 230 adeptes de la course, et plus particulièrement de montagne qui se sont retrouvés ce dimanche pour l’édition 2019 du Trail des Hautes Mynes. Parmi eux, certains venus de Suisse, d’Angleterre ou encore du Canada ont donné une nouvelle dimension à ce grand moment sportif, dont le premier départ – celui des 27 km - a été donné par le Père Piotr.
Un rendez-vous sous la pluie, les nuages ne permettant pas de profiter des superbes paysages qu’offrent les  parcours par temps dégagé, mais qui n’a cependant pas compromis le succès de l’épreuve qui, de l’avis quasi unanime des concurrents, a été très appréciée, malgré quelques glissades en des endroits rendus boueux par la pluie et quelques égarements dans le parcours.
Même les piqures de guêpes, distribuées généreusement par les insectes en début de parcours du côté de Chaillon n’ont pas réussi à gommer les sourires de leurs victimes. « Je peux te garantir qu’à ce passage, j’ai piqué un sprint comme jamais… » s’amusait l’un d’entre eux qui a pourtant été piqué à de multiples reprises, y compris sous ses vêtements, tandis que Gaël Anger, le vainqueur du 27 km, questionné par Isabelle Canonaco à propos de ces guêpes, rétorquait « Je suis passé le premier. Donc pas de souci. Je me suis contenté de les réveiller et les énerver lors de mon passage ! ».
Le seul problème de santé rencontré concerne ce coureur qui, sur les hauteurs de Fresse a été victime d’un malaise. Il a rapidement été secouru par Bernard Werlé qui, avec son engin passe-partout, l’a pris en charge pour le ramener vers le staff médical. Rien de grave… Un précieux engin qui a également permis de rapatrier les équipes disséminées sur les parcours.
Pour encadrer ce trail, Jean-Paul Canonaco a pu compter sur l’aide d’une équipe conséquente. « Nous étions 66 bénévoles, dont 23 signaleurs » détaillait-il. Des signaleurs qui sont souvent rentrés trempés et transis, tout en conservant le sourire. Le « boss » de la section locale de l’AVEC ne manquait de braquer les projecteurs en direction de toutes ces personnes ayant concouru au succès de cette journée. Tapis dans l’ombre de leurs tâches respectives, il saluait l’implication de toutes ces personnes issues des sections sœurs de Gérardmer et Remiremont, du CAHM, mais aussi de cette mouvance associative locale qui fait que nombreux sont celles et ceux qui n’hésitent pas à donner le coup de main nécessaire, sachant que le moment venu, ils seront en capacité de « renvoyer l’ascenseur ». Une équipe qui comptait également dans ses rangs Emilie et Patricia qui se sont fait un devoir d’apporter du réconfort aux muscles et articulations meurtries.
Cette édition, rappelons-le,  était jumelée avec « Octobre Rose » dont l’action est orientée vers la sensibilisation au dépistage du cancer du sein et qui avait installé un stand d’information dans la salle omnisports. « Pour l’édition 2020, nous travailleront avec une association de lutte contre la maladie de Parkinson et Protect Rhéa, l’association locale de protection des animaux. C’est pour elle que nous mettrons au programme un canicross ». Une nouvelle qui a réjoui Angélique qui, venue d’Epernay, n’a pu faire courir Ora et Vincky ses chiens, n’ayant pas pris le matériel en pensant que cela serait interdit…
La remise des prix aux vainqueurs a permis d’honorer les performances des trailers comme il se doit, sous la conduite d’Isabelle Canonaco qui a brillamment passé son examen de chef d’orchestre de ce moment très officiel.
Retourner au contenu