2019_12_04 CM Le Thillot - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Conseil municipal : révoltant !

Quand il faut trouver des sous, c’est toujours celui qui est en bout de chaine qui déguste ! Nouvelle démonstration à l’occasion de la réunion de vendredi soir.
Souvenez-vous : il y a quelques mois, Michel Mourot et bien d’autres maires déploraient avec juste raison la main basse faite par le gouvernement en mal de trésorerie  sur les réserves de plusieurs milliards d’Euros dans les Agences de l’Eau. Des réserves constituées par chacun des contribuables sur sa facture d’eau, en relation avec cette redevance captée par les Agences leur permettant de subventionner des travaux d’amélioration de la qualité du traitement des effluents et des réseaux, actions qu’elle a toujours encouragées.  A la suite de ce véritable hold-up, l’Agence de l’Eau a dû revoir sa politique, n’ayant plus les moyens d’assumer ses objectifs. C’est ainsi que localement, elle traine les pieds pour financer la réfection de la station d’épuration de Bussang et qu’elle vient de refuser une demande de subvention pour les travaux de réseaux entre le Ménil et le Thillot, au prétexte que le tarif pratiqué aux particuliers est trop bas ! Par une pirouette comptable permettant d’intégrer le transfert de redevance sans avoir à augmenter le prix pour les contribuables, Michel Mourot va donc relancer ce dossier en avançant un nouveau tarif.
Une situation tendue qui a donc pour origine cette volonté du gouvernement qui, non content de faire de superbes cadeaux aux plus « gros », pompe dans les réserves des Agences et qui, par voie de conséquence, oblige les communes à prendre les décisions finales toujours très impopulaires d’augmentation de tarifs. Et tout le monde y passe, y compris les moins aisés, comme pour cette hausse de l’assainissement que Michel Mourot commentait : « Et ce n’est pas fini avec les travaux de la station de Bussang et du réseau depuis le Ménil… ». Dans la série des hausses, on peut encore noter l’instauration d’une redevance pour l‘entretien des branchements d’assainissement d’un montant de 21 €HT à compter du 1
er janvier prochain. Quand il faut trouver des sous, c’est toujours celui qui est en bout de chaine qui déguste !
On peut également disserter et se mettre en colère à propos du règlement du service de l’assainissement collectif adopté vendredi soir.
Si les choses sont désormais claires concernant le « qui fait quoi » et notamment la prise en charge par les particuliers des problèmes survenant après le compteur, il met également en exergue que ce règlement est fondé sur différents textes s’imposant aux communes, et notamment le Code de la Santé.
Normal, sauf que la justice casse dans la plupart des cas des arrêtés anti-pesticides de maires, préférant laisser le champ libre à des multinationales empoisonneuses au détriment de la santé des populations...
Une politique tout à fait en accord avec cette volonté au plus haut niveau de l’Etat de protéger des entreprises comme Monsanto (maintenant Bayer) ou, à un autre niveau Amazon, qui pratique abondamment l’évasion fiscale, a un bilan carbone désastreux et des pratiques sociales catastrophiques envers son personnel. Pire, à l’occasion du Black Friday, le gouvernement n’a pas hésité à envoyer les forces de l’ordre (l’ordre qui fait que les « gros » puissent continuer en toute quiétude à pomper les « petits ») contre ceux qui bloquaient les casiers jaunes et dépôts d’Amazon…
Autre sujet de mécontentement, le conseil a unanimement voté une motion de soutien à la trésorerie - encore un service public que le gouvernement se plait à détricoter… - juste après avoir refusé la moindre indemnité au percepteur puisque ses services, au Thillot comme ailleurs, n’a plus les moyens d’assumer son rôle suite à des réductions d’effectifs.
« On est actuellement en train de faire le boulot de la perception » balançait Brigitte Jeanpierre « Ils n’assurent plus le suivi des encaissements, et c’est nous qui relançons les familles en cas d’impayés à la crèche ou à la cantine ». Marie-Claude Dubois en remettait une couche « Des chèques qui dorment dans des tiroirs et qui, n’ayant pas été encaissés, sont à l’origine de lettres de relance de paiement ! ». La France de Macron va mal...
En bref...
CCAF : les membres de la Commission Communale d’Aménagement Foncier sont connus. Représentants du conseil municipal : Pascal Galmiche (titulaire), Odile Laporte et Jean Miller (suppléants), représentants des propriétaires fonciers : Sylvie Colle et Francis Perry (titulaires), Thierry Nicollet et Emmanuel Louis (suppléants), représentant des propriétaires de biens fonciers non bâtis : Hubert Mourot, Claude Lambolez et Jean-Pierre Rouhier (titulaires), Eric Colle et Francis Mougenot (suppléants).
Forêt : une parcelle communale de 21 250m2 située au « Pré Beutot », du côté des mines, va passer sous gestion ONF.
Commerces : le conseil a validé l’ouverture des commerces les 3 dimanches des vacances de février, le 17 mai, le 2ème dimanche de juin (Foire aux Beignets), le premier dimanche des soldes d’été, le premier dimanche des soldes d’hiver et 5 dimanches avant Noël. Cette délibération doit encore recevoir le feu vert de la Comcom.
Tarifs 2020 : les édiles ont reconduit l’ensemble des tarifs 2019. Nouveauté, suite à l’achat d’un sèche-linge au camping, le jeton à 3€. A noter la reconduction de la gratuité pour les Thillotins de l’entrée au site des Hautes Mynes dont seulement très peu ont profité l’an dernier
Subventions : comme chaque année, en attendant le vote du budget primitif, le conseil a validé l’octroi de subventions : 61 200€ pour la crèche, 2 792.50€ pour les Hautes Mynes, ainsi que 6 300 €à la médiathèque pour l’achat de documents.
Certificat de raccordement : la vente de biens immobiliers imposant un certificat de raccordement au réseau, ce document sera désormais facturé à hauteur de 50€.
Créances éteintes :le conseil a validé des créances éteintes pour un montant de quelques 5000€ concernant les budgets de l’eau et de l’assainissement, ainsi que 1542.13€ pour la crèche. Des montants qui ont imposé des décisions modificatives des budgets concernés.
Maisons fleuries : une somme de 1 100€ a été votée, permettant de récompenser les lauréats du concours des maisons fleuries.
Navette des neiges : comme depuis 2015, la navette des neiges fonctionnera durant les vacances de Noël et de Février de la neige pour conduire les adeptes du ski ou de la balade au Rouge Gazon pour la modique somme de 1€ par trajet et par personne.
Marché : les lots concernant les travaux de sectorisation et amélioration de l’alimentation en eau potable ont été attribués pour un montant total de 80 870€, contre 93 129€ estimés au départ.
Retourner au contenu