2019_12_16 Coquelicots action SDHI - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT

Les Coquelicots dénoncent  le SDHI, un poison très présent dans nos assiettes
La succinate déshydrogénase : ça ne vous dit probablement pas grand-chose. Plus connue est l’acronyme SDHI qui désigne l’inhibiteur intégré dans ce produit. Les SDHI bloquent la respiration des cellules et sont connus pour leur toxicité sur les vers de terre (30 % de moins chaque année), les pollinisateurs comme les abeilles, les poissons, les grenouilles et sont un danger potentiel pour l'être humain et l'ensemble de la biodiversité. Des chercheurs du CNRS, de l’INRA et de l’INSERM ont tiré la sonnette d’alarme en signant une tribune le 5 avril 2018, après avoir constaté en laboratoire que les molécules SDHI tuent les cellules humaines en culture. Dans la foulée, ils ont demandé le retrait de ce poison. Mais l’ANSES rejete en bloc ‘avis des scientifiques et refuse de retirer le produit du marché. Récemment, une nouvelle étude indépendante met à nouveau en garde sur la toxicité des fongicides SDHI pour les abeilles, les vers de terre et les cellules humaines.
Pour  l’instant, le gouvernement n’a pas bronché, continuant donc de fait l’utilisation de ces poisons en agriculture et fini donc dans nos assiettes.  
D'autres actions à venir...
« On s’oriente vers un nouveau scandale sanitaire ! » clame haut et fort Michel Claude, l’un des membres du mouvement « Nous voulons des Coquelicots » de Haute Moselotte qui, après avoir mené une action le matin à la Bresse était l’après-midi dans la commune pour une nouvelle action de sensibilisation.
Le petit groupe de militant s’est mis en demeure d’accrocher des boites cadeaux sur le sapin de Noël installé place de la mairie : « Ces cadeaux, avec leurs emballages repoussants, sont ceux que Syngenta, Bayer, BASF, Monsanto  s'offrent sur le dos de notre santé » expliquait le militant « Le cadeau est celui que nous fait, à nous citoyens, à longueur d'années, une industrie agrochimique très intéressée par de considérables profits et favorisée par une réglementation peu exigeante. Cette action et sa symbolique veulent rappeler l’extrême risque auquel nous sommes exposés au quotidien : ces pratiques nous empoisonnent lentement, inexorablement ».
D'autres actions sont d'ores et déjà en cours de réflexion...
Retourner au contenu