2021_05_04 Ramonchamp François Cunat - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
RAMONCHAMP
François Cunat : entre famille et nature
Après trente et une années (et deux mois) à la tête de la commune, François Cunat a totalement rompu avec le rythme inhérent à la fonction. Et même plus fortement qu’il ne le pensait au départ d’ailleurs, puisque s’étant porté volontaire pour continuer à suivre le dossier ex-SFK pour le compte de la Comcom « Un dossier que je connais par cœur » confie-t-il, il n’a à aucun moment été sollicité. Au niveau de la commune, totalement ouvert à des aides ponctuelles concernant les diverses affaires, il a bien reçu quelques demandes de la part de Laurence Harbonnet et d’Amadine Canal, l’adjointe aux finances, sans plus.
Une rupture qaudi-radicale qui a de plus et malheureusement été renfocée par la crise sanitaire « Dans ce contexte, il n’y a plus aucune vie sociale » regrette-t-il, notamment ces cérémonies patriotiques qu’il apprécie beaucoup et pour lesquelles il s’impatiente en tant que membre de la Légion Vosgienne.
Une « vie d’avant » qui lui a laissé quelques souvenirs douloureux « Comme en cette année 1995, où il a fallu que j’aille prévenir « Gigi » que sa fille venait de perdre la vie avec une amie dans un accident à Rupt » se souvient-il l’air grave, avant de retrouver le sourire pour évoquer ce moment, excellent cette fois la même année « Lors des élections municipales, et malgré la présence d’une liste adverse, l’équipe que je conduisais a remporté tous les sièges dès le premier tour ! ». Concernant les très nombreux points forts de son action, il met en avant la construction de l’école maternelle, ainsi que la salle de sports.
Du coup, l’ancien maire peut se consacrer à temps plein à sa nouvelle vie « Et je n’ai pas assez de temps ! » s’exclame-t-il en souriant. Une vie qu’il partage entre deux douceurs : la famille et la nature. « J’ai aussi entrepris pas mal de travaux intérieur et extérieur - peinture isolation - que je  n'avais pas eu le temps de faire avant et aussi beaucoup plus de lecture » détaille-t-il.
Côté famille, il se félicite déjà de disposer de temps pour être avec son épouse. Sentiment de joie largement partagé de la part de celle qui, durant toutes ces années, a dû accepter les nombreuses absences de son mari.
Mais c’est aussi la possibilité de contact via les applications de visio-conférence, à défaut de rencontres réelles actuellement empêchées par les mesures anti-covid. Une famille dont l’ancien premier magistrat tire une fierté de bon aloi, citant notamment Antoine, actuellement à Sciences-Po et qui vient d’effectuer un stage auprès de Christophe Naegelen. « Il fait partir d’un petit groupe très sensible à l’écologie. Ce groupe a été baptisé : Sciences Potager ! » se marre-t-il avant de poursuivre : « Etonnamment, il y a plus de NAP (Nouveau Parti Anticapitaliste) que de verts, mais il faut se souvenir que du temps de ses études, Chirac distribuait l’Huma ! ». Chloé, la plus grande de ses petites filles, a elle aussi suivi la voie de Sciences Po et travaille pour le compte d’un bureau de restructuration urbaine et son compagnon est ingénieur projet pour le compte d’EDF, tandis que Elea est deuxième année dentaire à Nancy.
Côté nature, les occupations de François Cunat vont du potager, avec une expérimentation de la permaculture, sur sollicitation de son petit-fils, aux cueillettes diverses des fruits de l’été « Qui ont donné à foison l’été dernier » commente-t-il avant de préciser. « J’adore aller aux brimbelles ». Le tout avec à la clé, la préparation de délicieux produits, comme du vin de noix ou du sirop de menthe que prépare son épouse et qu’il n’hésite à mettre sur la table lors de visites familiales ou d’amis. Un rapprochement de la nature qui lui plait particulièrement « Qui permet de mettre des aliments sains dans les assiettes » ajoute-t-il « Et de pratiquer une activité physique essentielle pour rester en forme ».
Et si cette nouvelle vie l’a coupé des affaires, il n’en reste pas moins très attentif à la vie locale, notamment celle qui concerne le village pour lequel il a tant donné.
Retourner au contenu