2022_01_14 Christian Louis nouveau président des Eaux de Presles - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
HAUTE MOSELLE
Christian Louis, nouveau président des Eaux de Presles
Sans suspense et sans surprise, Christian Louis, seul candidat déclaré, a été élu à l’unanimité à la présidence du Syndicat Intercommunal des Eaux de Presles ce mercredi en soirée. L’élu ramoncenais succède ainsi à Daniel Colle qui, confronté à des problèmes de santé, a remis sa démission au préfet et préféré se concentrer sur son mandat au conseil municipal de Fresse sur Moselle. Cette élection vient de plus entériner une situation de fait sur le terrain, Christian Louis assurant l’intérim de la présidence depuis juin dernier, en concertation avec le président malade.
Une élection qui, comme le veut la réglementation, a été conduite par Bernard Pétin, l’élu fremis étant en la circonstance le doyen de l’assemblée.
C’est d’ailleurs Christian Louis qui, dès que toutes les chaises ont été occupées, a pris en main la réunion, présentant ses vœux à ses collègues, en y mettant une pointe d’humour : « Le dicton des anciens dit que le froid tue les virus, pour l’instant ce n’est pas vraiment le cas… ».
Le point suivait permettait d’élire les deux vice-présidents. Bernard Vassilieff conservait son poste de 2ème vice-président tandis que les délégués syndicaux se rangeaient à la proposition du nouveau  président de désigner Daniel Colle en 1er président « Il connait bien les dossiers et dispose de la signature électronique. S’il fallait en changer, cela nous coûterait 190€ pour une malheureuse clé USB ! ».
Avant d’enchainer l’ordre du jour, Bernard Vassilieff déplorait qu’à aucun moment, le vice-président qu’il était n’avait été mis au courant de la situation. Christian Louis faisait amende honorable en informant le comité syndical qu’il souhaitait impliquer davantage les délégués dans les décisions du syndicat.
Les points suivants permettaient de reconduire les indemnités du président à hauteur de 505.47€ mensuels, alors que la loi autorise 2 139.17€, ainsi que l’ensemble des délégations ayant cours préalablement avec les anciens présidents.
Lancement d'un dossier essentiel
Le temps de valider la motion du Centre de Gestion concernant le refus du désengagement très contesté de Pôle Emploi des formations de secrétaires de mairie, malgré des besoins qui s’annoncent très forts pour les prochaines années, et le dernier point était abordé, validant le lancement de l’étude du diagnostic réseaux et du schéma directeur d’eau potable.
Un document important, voire même essentiel, qui permettra de porter sur l’ordinateur toutes les caractéristiques du réseau. Une opération de longue haleine, qui va s'étaler sur plusieurs années, à laquelle sera associé le service compétent du Conseil Départemental, avec lequel une rencontre a déjà eu lieu en la personne de Eric Fuchs.
« Quelqu’un de bien connu à Ramonchamp, puisqu’il est le frère d’Estelle qui a travaillé à la mairie » commentait le président avant d’ajouter « Nous ne partirons cependant pas de rien. Les informations dont nous disposons, via la très bonne connaissance du réseau de Lionel Leduc, vont permettre de réduire le coût qui pourrait passer ainsi de 70 000 € à 40 000 €, auxquels il faudra ajouter les 1012.20 € par an pour l’assistance technique du Département » et de conclure « Cela permettra de plus un transfert dans de bonnes conditions de la compétence eau et assainissement à la Comcom au 1er janvier 2026 comme le veut la loi NOTRe ».
Avant de lever la séance, Christian Louis évoquait la fuite d’environ 15m3/heure intervenue récemment sur le réseau le long de la RN66 à Fresse, mais bien gérée, et les craintes concernant d’autres problèmes pouvant survenir suite aux grands froids qui sévissent actuellement. « On tend le dos, puisque Vincent Souvay est actuellement en arrêt de maladie ». Eric Colle lui apportait une réponse pleinement satisfaisante : « En cas de nécessité, il est possible de demander la mise à disposition d’un technicien communal ».
Retourner au contenu