2022_01_22 Le Thillot Circulation centre ville - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

L'actualité GR@TUITE quotidienne du Thillot et Environs
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT
Circulation : une situation inextricable ?
Suite à la mise en place d’une interdiction de circuler (sauf pour les riverains) dans la rue de Chaillon, il était largement prévisible que la décision, assortie de menaces de contrôles de gendarmerie, allait provoquer des réactions.
Elles n’ont pas tardé, notamment sur les réseaux sociaux ! Si la majorité d’entre elles déplore les conditions de circulation au centre-ville et leur aggravation prévisible suite à cette décision (dont certaines exprimées en des termes proches de l’insulte, et donc totalement déplacées dans le cadre d’un dialogue qui se veut constructif, ont été supprimées), d’autres explorent des pistes qui pourraient devenir des propositions…
Parmi tous ces commentaires, il est évident que certains sont fondés sur une méconnaissance de ce dossier et que des éclaircissements sont donc nécessaires.
Revenons en arrière dans le temps. Le 17 novembre 2016 vers 7h30, Damla 11 ans, élève de 6ème au collège Jules Ferry et une amie sont happées alors qu’elles se trouvent sur un passage protégé par un poids lourd qui se dirige vers Cornimont. Damla ne se relèvera pas. Comme le veut la réglementation Michel Mourot accompagne les gendarmes pour annoncer la terrible nouvelle aux parents de la jeune victime.
Ce fait divers dramatique a provoqué une émotion profonde dans toute la population locale, à tel point que la Marche Blanche organisée par Thierry Jany, le principal du collège thillotin, rassemble quelques 1200 personnes quelques jours plus tard.
Très rapidement, Michel Mourot, qui n’a absolument pas la main sur cette route nationale, alerte les services de l’Etat afin qu’ils étudient la mise en œuvre de solutions permettant de sécuriser le lieu.
Un radar est rapidement mis en place et, plus tard, le centre-ville fait l’objet des aménagements que l’on connait, marqués par des hésitations et approximations dans la gestion du séquençage des feux. Malgré les efforts déployés, force est de constater qu’à certains moments, la commune est engluée dans des flux de circulation.
Une situation qui prend des proportions encore plus pénibles en été avec la présence de touristes. On pourra d’ailleurs noter que cette situation est largement contre-productive pour le tourisme dans le secteur, tout comme elle l’est pour le commerce du centre-ville.
Fatigués par le temps perdu dans ces bouchons, beaucoup ont choisi de passer par des voies détourées. Des ruelles comme la rue de Chaillon ou de la Favée, pour ne citer qu’elles, sont ainsi devenues des itinéraires de contournement du centre-ville.
Une situation qui porte bien évidemment préjudice aux habitants de ces rues qui ont ainsi vu le calme antérieur bousculé par ces nouveaux flux de circulation. La décision de limiter la rue de Chaillon aux seuls riverains apparait donc comme totalement légitime : que chacun essaie d’imaginer sa réaction si, en lieu et place du calme ayant toujours régné devant sa maison, apparaissait en peu de temps les pollutions sonores et atmosphériques en lien avec une circulation dense et potentiellement dangereuse…
On peut encore relever ces interrogations concernant les importants flux de poids lourds. Il est utile de rappeler que le transit est interdit depuis des années par arrêté préfectoral n°175-2000-D.D.E., modifié par les arrêtés inter-préfectoraux 190-2000-D.D.E. Et 299-2000-D.D.E., stipule : « La circulation des véhicules affectés au transport de marchandises dont le poids total autorisé en charge dépasse 3,5 tonnes et n'effectuant pas de chargement ou déchargement dans les Régions Alsace ou Lorraine est interdite (...) sur la RN66 depuis l'échangeur de Moulin avec la RN57 jusqu'à l'échangeur avec la RN 83 à Cernay ».. Une interdiction dont se soucient peu les chauffeurs de ces véhicules qui renforcent par leur présence de quelques 30% les mauvaises conditions de circulation. Et certains d’en appeler aux contrôles renforcés de gendarmerie afin de faire respecter cette interdiction et donner une bouffée d’oxygène. Au sens propre comme au figuré., car ces bouchons génèrent également de la pollution atmosphérique dont « profitent » les Thillotins ainsi que les visiteurs.
Enfin, des commentateurs relèvent avec justesse le fait que lorsque les feux tricolores sont inhibés (orange clignotant), la circulation est nettement plus fluide. Une vérité, mais au détriment de la sécurité des piétons…
Certains commentaires raillent par ailleurs les nombreux dos d’âne qui parsèment les rues de la commune. Autant d’aménagements qui ont pour vocation de limiter la vitesse de certains véhicules dont les conducteurs, largement minoritaires, se croient en permanence sur le circuit des 24 heures du Mans, sans prendre conscience qu’ils se mettent en danger, mais aussi qu’ils menacent la vie d’autres personnes… Pas simple à gérer, mais une fois de plus, les nombreux bons élèves payent pour les quelques mauvais !
Situation complexe ou inextricable ? En attendant de pouvoir trouver des solutions efficaces, le mécontentement et la colère grondent… Il va falloir cogiter encore et encore pour trouver une ou des solution(s).
Information importante : pour celles et ceux qui pourraient penser que je suis à la solde de la mairie du Thillot, je tiens à leur faire savoir que je suis totalement libre et indépendant, et que la seule censure que j’accepte est celle que je m’impose par moi-même. Les choses sont claires !
Retourner au contenu