2022_08_19 Le Thillot Dynaclim - le-thillot.com : l'actualité gratuite du Thillot et Environs

www.le-thillot.com

L'@ctualité quotidienneen Haute Moselle

www.le-thillot.com
www.le-thillot.com
Aller au contenu
LE THILLOT
Deux femmes « bien dans leurs baskets » dans le milieu très masculin de l’entretien automobile
Dans le monde de l’entretien de véhicules, la parité est loin d’être la règle. C’est même carrément un quasi-monopole masculin. Au garage Dynaclim, installé au Prey, la parité est bien réelle, avec Sylvain Aïd, le « boss » et Romay côté masculin, et Guilène et Aurélie côté féminin. Deux dames au parcours très différents qui œuvrent dans une belle complémentarité au sein du garage thillotin.
Guilène Cassabois a intégré Dynaclim le 1er septembre dernier. Victime de ses mauvaises notes au cours de son cursus général, elle n’a pas pu intégrer la formation dont elle rêvait depuis de nombreuses années. « J’ai fait contre ma volonté un bac pro compta » raconte-elle « Ce qui m’intéressait, c’était une formation en mécanique. Alors que je n’avais que 2 ans, j’aidais mon père en nettoyant les jantes de roues de voitures avec mon petit seau et ma brosse à dents » se marre-t-elle. La naissance de ses enfants, un travail de caissière et puis, au terme de ces moments de vie qui marquent en profondeur, elle décide de revenir à ses premières amours. Elle parvient à intégrer l’AFPA de Vesoul pour une formation en mécanique de 9 mois lui permettant de mettre en avant une équivalence CAP et BEP. « Du côté de la Haute-Saône, c’était bouché au niveau emploi ! » déplore-t-elle, avant de retrouver le sourire « J’ai suivi mon mari venu s’installer dans les Vosges pour raisons professionnelles. J’ai envoyé deux ou trois CV et j’ai eu le bonheur de recevoir une réponse positive de Sylvain ».
Sur place, Guilène ne touche pas vraiment à la mécanique, n’étant pas au menu de l’entreprise. Par contre, elle apprend sur le tas tout ce qui touche à l’électricité automobile et cela la réjouit. Elle se prépare par ailleurs à suivre une formation qui lui permettra d’être habilitée pour la pose des boitiers éthanol.
De son côté, Aurélie Marchand a eu à subir cette masculinisation du secteur. Titulaire d’un DUT Génie Chimique Génie des Procédés, elle est passée par des démontages de pompes et autres ventilateurs. Malgré cette formation pointue, elle a vu nombre de portes se refermer par pur sexisme. La compagne de Sylvain se résout donc à débarquer pour un job d’été à la Poste et y restera 18 ans ! Ayant pris en charge la compta de Dynaclim, elle lâche son « job » pour se consacrer pleinement à l’entreprise du Prey au moment de sa création le 3 juin 2013.
Toutes deux avouent avec un large sourire être parfaitement bien « dans leurs baskets » et saluent la belle ambiance qui règne au garage, de même que l’accueil très favorable de la clientèle. « Il n’est arrivé qu’une seul fois où on a eu à faire avec un « macho ». Sylvain a eu tôt fait d’intervenir ! » se souvient Aurélie. Un patron attentif, très attentionné même, qui se félicite de cette parité : « Les femmes ont cette capacité à être plus méthodiques, plus carrées, mieux organisées. Elles sont plus dans le souci du détail » témoigne-t-il « De plus, elles sont très investies dans leur travail et apporte leur bonne humeur à la super ambiance qui règne dans l’entreprise ».
Retourner au contenu